PECHPROPRE

Comment sont gérés les engins de pêche usagés sur les ports et par les professionnels ? 

PECHPROPRE est né du constat d’une forte présence d’engins de pêche ou de morceaux d’engins de pêche sur les plages par de nombreux organismes en charge d’opérations de collecte de déchets marins sur le littoral. Cette étude a permis de réaliser un premier état des lieux sur le gisement et les modes de gestion portuaires de ce type de déchets.

Réalisé sur 22 mois entre septembre 2016 et août 2018, ce projet s’est fait en collaboration avec le Comité Français des Plastiques en Agriculture (CPA) et avec le soutien financier de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire (MTES) et le Groupe PAPREC.

Ce travail a été mené sur l’ensemble des trois façades (Manche / Atlantique / Méditerranée) du territoire de France Métropolitaine soit 68 ports de pêche en ciblant les engins de pêche de la pêche artisanale tels que les filets, chaluts, bolinches, sennes, dragues, cordages, etc…

Évaluer la faisabilité technique et financière de la mise en place d’une filière nationale pérenne des engins de pêche usagés (EPU).

Méthodologie

Une double enquête sur :

En parallèle de ces enquêtes ont été réalisé :

Des réunions de travail avec différents acteurs du territoire
Des opérations pilotes dans 4 ports
Un benchmark européen
Une étude réglementaire approfondie sur le sujet de la pollution marine
Des actions de communication

Constats/Résultats

En quelques chiffres

Ports de pêche (sur 68) ont collaborés menant à l’élaboration d’une fiche port

Marins-pêcheurs enquêtés qui deviennent plus soucieux de l’environnement

Ports de pêche pilotes : Dunkerque, Barfleur, la Rochelle, St Raphael

Tonnes d’EPU mises en marché par an selon les douanes et les experts

Pour aller plus loin …

Télécharger le rapport PECHPROPRE

Suivez-nous sur les réseaux sociaux